Logo Brivanimal

Dogue Argentin

Bouton pour la version imprimable
Dogue Argentin

Photo* d’origine : Thatonka
(*ne représente pas forcément l’idéal de la race)

Classification FCI :

Groupe 2 : Chiens de type Pinscher et Schnauzer, Molossoïdes et chiens de montagne et de bouvier suisses
Section 2 : Molossoïdes, type dogue

Classification Arrêté du 27 avril 1999 :

L.O.F. : n’est pas concerné par la catégorie 1 ou 2.
NON L.O.F. : La loi étant floue au sujet des chiens assimilables ou non à certaines races, les « chiens de type » Dogue Argentin paraissent souvent suspects. Il est donc conseillé de bien choisir l’élevage et de se tourner vers des « chiens de race » Dogue Argentin, des chiots de « bonne lignée » inscrits provisoirement au L.O.F. puis de demander confirmation dès que possible.

Standard FCI n°292 :

Origine :

République d’Argentine

Caractère :

Il doit être silencieux, sans jamais donner de la voix sur la piste, avoir l’odorat fin et un sens inné pour la chasse. Il est agile, puissant, résistant et particulièrement courageux. Il ne doit jamais être agressif envers l’être humain, trait de caractère qui doit être sévèrement surveillé. Il doit être dévoué sans conditions ni réserves.

Taille et poids :

Hauteur au garrotHauteur idéalePoids
Mâles60 à 68 cm64 – 65 cm40 – 45 kg
Femelles60 à 65 cm62 – 64 cm40 – 43 kg

Bref aperçu historique :

Cette race est originaire de la province de Cordoba, qui est située dans la région méditerranéenne de la république Argentine. Elle fut créée par le Dr. Antonio N ORES M ARTINEZ , un chirurgien reconnu et engagé (1907 – 1956). Son travail était basé sur le croisement méthodique utilisant l’ancien chien de combat de Cordoba, un chien fort et vigoureux, produit de croisements entre des Mastiffs, des Bouledogues et des Bull Terriers. Il a sélectionné pour l’élevage les chiens complètement blancs, sans prognathisme inférieur et ayant des têtes lourdes avec un long chanfrein. Grâce à une sélection sévère et à des études de caractère minutieuses, le Dr. N ORES MARTINEZ atteint son but et créa des lignées différentes qui ont toutes démarré avec l’ancien chien de combat de Cordoba croisé au départ avec le Bulldog Anglais, le Dogue Allemand, le Mastiff des Pyrénées, le Bull Terrier, le Pointer, le Dogue de Bordeaux et le Lévrier Irlandais.
En 1947 la race était déjà créée avec son génotype et son phénotype stabilisés. Son standard a été présenté la même année au Hunter’s Club de Buenos Aires.
Sa force, sa ténacité, son odorat très fin et son courage le désignent comme le meilleur parmi les chiens de chasse au sanglier, au pécari, au puma et à d’autres prédateurs qui infestent les vastes et différentes régions du territoire argentin. C’est pour cette utilisation traditionnelle qu’Antonio N ORES a créé cette race.
En 1964 le Dogo Argentino a été reconnu par la F.C.A. (Fédération de cynologie argentine) et par la Société rurale argentine qui lui a ouvert son livre des origines. La F.C.I. a reconnu la race en 1973 et ceci grâce aux efforts infatigables du Dr. Augustin N ORES M ARTINEZ , frère du créateur de la race, qui a obtenu cette reconnaissance due, non seulement à ses efforts individuels, mais aussi à des actions de soutien de la F.C.A et le Club du Dogo Argentino « Dr. Antonio Nores Martinez ».

Aspect général :

Chien athlétique. Mésomorphe de type normal, avec des proportions harmonieuses. Sa musculature puissante et son agilité donnent l’impression de puissance, d’énergie et de force en contradiction avec son expression amicale et gentille. D’un blanc pur; une seule tache foncée est accepté sur le crâne.

Allures :

Agiles et franches. Dès que l’intérêt du chien est éveillé, l’allure change notablement de caractère; elle se relève et les réactions deviennent rapides, ce qui est typique de la race. Le pas est calme; le trot est allongé avec une bonne extension des antérieurs et une puissante poussée des postérieurs. Au galop, le chien déploie toute son énergie et développe toute sa puissance. Les allures sont agiles et franches au pas, au trot et au galop.
Les chiens qui vont de l’amble ne sont pas admis; cette allure est considérée comme un défaut grave.

Robe :

  • Qualité du poil: Uniformément court, lisse et doux au toucher, d’une longueur approximative de 1,5 à 2 cm. Sa densité et son épaisseur varient selon le climat.
  • Couleur du poil: D’un blanc pur. On accepte une seule tâche noire ou de couleur foncée sur le crâne mais elle peut être sur une oreille ou autour d’un œil. La taille de cette tache doit être en proportion avec la tête et elle ne doit pas dépasser les 10% de la surface de la tête. Parmi les sujets de qualité égales, le juge devra toujours opter pour celui dont le blanc est le plus pur.

Proportions importantes :

De type mésocéphale (proportions moyennes), la longueur du museau est identique à celle du crâne. La hauteur au garrot est légèrement supérieure à celle de la croupe.
La hauteur de la poitrine atteint, au minimum, les 50% de la hauteur au garrot. La longueur du corps dépasse la hauteur au garrot de seulement 10 % (maximum).

Peau :

Homogène, épaisse, mais élastique. Le tissu, semi- lâche, est élastique et sans plis sauf dans la région du cou, où les tissus sous-cutanés sont plus lâches. On préfère les sujets chez lesquels les bords des muqueuses labiales et palpébrales sont pigmentés de noir. Une peau pigmentée de noir ne sera pas pénalisée.

Tête :

De type mésocéphale (proportions moyennes), la tête donne une impression de force et de puissance.

  • Région crânienne :
    • Crâne: Compact, convexe vu de profil et de devant à cause du contour des muscles masticateurs et de la nuque qui sont très développés.
    • Occiput: La protubérance occipitale est totalement cachée par la puissante musculature du cou.
    • Stop: Marqué mais sans être trop accusé ou des angles abrupts.
  • Région faciale :
    De même longueur que le crâne. La ligne qui réunit les arcades sourcilières est équidistante de la protubérance occipitale et de l’articulation mandibulaire.

    • Truffe: Noire, avec des narines bien ouvertes.
    • Museau: De la même longueur que le crâne. La ligne supérieure est légèrement concave.
    • Lèvres: Serrées, bords libres, pigmentées de noir; jamais pendantes.
    • Mâchoires/dents: Mâchoires bien positionnées, bien développées et puissantes. Les dents sont saines, grandes et bien implantées. On recherche une denture complète. Articulé en ciseaux. L’articulé en pince (bord-à-bord) est admis.
    • Joues: Larges, accusées, recouvertes d’une peau épaisse sans plis. Les muscles masséters sont bien développés.
    • Yeux: De grandeur moyenne, en forme d’amande, de couleur foncée ou noisette. Les bords des paupières sont de préférence pigmentés de noir. En position sub-frontale, bien écartés. L’expression est attentive et vive tout en restant implacable.
    • Oreilles: Attachées haut, latérales, elles sont bien séparées l’une de l’autre à cause de la largeur du crâne. Vu la fonction du chien à son origine, elles devraient être coupées et portées dressées, de forme triangulaire et d’une longueur qui ne doit pas dépasser les 50% de la longueur du bord antérieur du pavillon de l’oreille naturelle. Si elles ne sont pas coupées, elles sont de longueur moyenne, larges, épaisses, plates et arrondies à leur extrémité. Le poil est un peu plus court que sur le reste du corps. Elles peuvent présenter de petites taches qui ne sont pas pénalisables. L’oreille naturelle est portée tombante et bien appliquée contre la partie postérieure des joues. En éveil, elles peuvent être portées mi-dressées.

Cou :

De longueur moyenne, et galbée. La peau est très épaisse et présente des plis lisses sans former de fanon. L’élasticité de la peau est dû au fait que les tissus sous-cutanés sont très lâches.

Corps :

De forme rectangulaire. La longueur du corps ( mesurée de la pointe de l’épaule à la pointe de la fesse) peut dépasser la hauteur au garrot de seulement 10%.

  • Ligne du dessus: Plus haut au garrot, s’inclinant en douceur vers la croupe. Les adultes ont un sillon médian le long de la colonne vertébrale formé par la proéminence des muscles lombaires. Vu de profil, elle ne doit pas présenter d’affaissement.
  • Garrot: Fort, bien sorti et haut.
  • Dos: Très fort avec des muscles bien développés.
  • Rein: Court, large et très musclé.
  • Croupe: Large et forte. Modérément inclinée.
  • Poitrine: Large et bien descendue. Vu de profil, la pointe du sternum doit atteindre le niveau des coudes fournissant ainsi une capacité maximum de respiration. Le thorax est long avec des côtes modérément cintrées.
  • Ligne du dessous et ventre: Légèrement relevé par rapport à la ligne inférieure du thorax, mais jamais levretté; fort; les muscles présentent un bon tonus.

Queue :

Longue, sans dépasser l’articulation du jarret, épaisse et attachée à hauteur moyenne. Au repos, elle est naturellement tombante. En action, elle est portée relevée en forme d’arc avec une grande courbe.

Membres :

  • Membres antérieurs :
    • Vue d’ensemble: Membres droits et d’aplomb; les doigts sont courts et serrés.
    • Epaules: Obliques avec une musculature très développée mais sans exagération.
    • Bras: De la même longueur que l’omoplate; bien inclinés.
    • Coudes : Robustes, recouverts d’une peau un peu plus épaisse et élastique qui ne forme pas de plis ni de rides. Placés naturellement contre la paroi thoracique.
    • Avant-bras: De même longueur que les bras et perpendiculaires par rapport à l’horizontale; les os sont robustes et droits et la musculature est bien développée.
    • Carpes: Larges, situés dans la prolongation de l’avant-bras, exempt d’excroissances osseuses ou de plis cutanés.
    • Métacarpes: Relativement plats, vus de profil ils sont légèrement inclinés sans exagération.
    • Pieds antérieurs: Doigts courts et bien serrés. Les coussinets sont forts, épais et résistants, de préférence noirs.
  • Membres postérieurs :
    • Vue d’ensemble: Bien musclés, avec des jarrets courts et doigts bien serrés, sans ergots. Les angulations sont moyennes.
    • Cuisses: Bien proportionnée avec des muscles visibles pleinement développés.
    • Grassets: Bien angulés.
    • Jambes: Légèrement plus courtes que les cuisses, fortes et musclées.
    • Articulation du jarret et Métatarse (jarret): L’ensemble tarse-métatarse est court, fort et ferme; il assure la force de propulsion de l’arrière-main. L’articulation du jarret est forte; la pointe du jarret est très proéminente. Le jarret est solide, presque cylindrique et forme un angle de 90° par rapport à l’horizontale; sans ergots.
    • Pieds postérieurs: Similaires aux pieds antérieurs; bien qu’ils soient un peu plus petits et légèrement plus longs, ils sont de même conformation.

Lien :

Association Française De Sélection Du Dogue ArgentinAFSDA
6 rue de Munster
68230 Wihr-au-Val

Laissez un commentaire

*