Logo Brivanimal

Cirneco De L’Etna

Bouton pour la version imprimable
Cirneco de l'Etna

Photo* d’origine : Pleple2000
(*ne représente pas forcément l’idéal de la race)

Classification FCI :

Groupe 5 : Chiens de type Spitz et de type primitif
Section 7 : Chiens de chasse de type primitif

Standard FCI n°199 :

Date de publication: 30/10/2016

Origine :

Italie

Caractère :

Le Cirneco est un chien déterminé, intransigeant, affectueux, éveillé, déterminé et très attaché à son maître. Principalement destiné à la chasse, il sait user de son odorat très développé mais se révèle aussi être un merveilleux compagnon. Il présente un talent particulier pour détecter les émanations et suivre la trace des lapins de garenne et autres petits gibiers recherchés pour leurs plumes ou leur pelage. Les coins et recoins des parois rocheuses et surtout les reliefs formés par les coulées de lave le long des versants de l’Etna offrent un terrain de chasse idéal pour le Cirneco, où il bondit de rocher en rocher avec grâce et assurance. Le Cirneco utilise son sens de la vue pour déceler
les endroits les plus adaptés, sans qu’aucun détail ne lui échappe. Son ouïe lui permet de détecter les déplacements souterrains du lapin, mais c’est surtout grâce à son odorat sûr et précis qu’il parvient à pister sa proie et à la débusquer.

Taille et poids :

Hauteur au garrotPoids
Mâles46 à 50 cm
Tolérance jusqu’à 52 cm
10 à 13 kg
Femelles44 à 48 cm
Tolérance jusqu’à 50 cm
8 à 11 kg

Bref aperçu historique :

La présence du Cirneco en Sicile remonte à des temps immémoriaux. Ce chien méditerranéen aux origines anciennes descend vraisemblablement des chiens de chasse qui existaient dans l’Egypte Antique au temps des pharaons et fut probablement introduit en Méditerranée par les Phéniciens qui élurent la Sicile comme terre d’adoption. La représentation de ces chiens sur des pièces de monnaie, gravures et autres mosaïques indique que la présence du Cirneco sur l’île remonte à plusieurs siècles avant Jésus Christ. Depuis toujours, il est considéré comme le chien de chasse le plus primitif, le plus respecté et apte aux emplois les plus variés.

Aspect général :

Chien de type primitif de taille moyenne, aux formes élégantes et élancées; compact et de constitution robuste, avec un poil fin et les oreilles dressées ; il est toujours en éveil. Sa conformation repose sur des lignes inférieures passablement allongées.

Allures :

Pas raccourci et vif, trot rapide et élastique.

Robe :

  • Qualité du poil : De texture dense et vitreuse, le poil est ras sur les oreilles et les membres; mi-long (environ 2,5 cm), lisse et couché sur le corps et la queue.
  • Couleur du poil :
    • Toutes les nuances de fauve, en allant du clair au foncé en passant par les teintes diluées.
    • Fauve et blanc : liste ou marque blanche en tête ou au niveau du poitrail; pieds, pointe de la queue ou ventre blancs; les sujets qui présentent un collier blanc sont moins appréciés. On admet les robes fauves composées d’un mélange de poils légèrement plus clairs et plus foncés.

Proportions importantes :

  • La longueur du tronc est égale à la hauteur au garrot (construction dans le carré).
  • La hauteur de la poitrine est légèrement inférieure à la hauteur du coude au sol.
  • La longueur de la tête vaut 4/10 de la hauteur au garrot. Le museau ne doit jamais être plus court que le crâne. Ce dernier est allongé (dolichocéphale), avec un index céphalique inférieur à 50%. Le stop forme un angle d’environ 150°. La longueur du rein, à peu près égale à sa largeur, représente environ 1/5 de la hauteur au garrot. La longueur de la croupe vaut à peu près un tiers de la hauteur au garrot et sa largeur représente près de la moitié de sa longueur. La hauteur de la poitrine vaut un peu moins de la moitié de la hauteur au garrot (environ 43%) et sa largeur (mesurée là où l’amplitude est la plus grande) représente moins d’un tiers (environ 27%) de la hauteur au garrot. La circonférence de la poitrine dépasse d’environ 1/8 la hauteur au garrot.

Peau :

Fine et bien appliquée au corps. Sa pigmentation dépend de la couleur de la robe, mais n’admet ni taches noires, ni dépigmentation.

Tête :

  • Région crânienne :
    • Crâne : Allongé; sa largeur vaut moins de la moitié de la longueur totale de la tête. Vue de dessus, la tête est de forme ovalaire dans le sens longitudinal. Les axes longitudinaux supérieurs du crâne et du chanfrein sont parallèles ou à peine divergents.
      Le profil supérieur du crâne est si légèrement convexe qu’il paraît plat et la largeur bizygomatique représente moins de la moitié de la longueur de la tête. Les arcades sourcilières sont légèrement relevées, la région frontale est elle aussi légèrement relevée et fuyante, le sillon frontal net, la crête occipitale à peine visible et la protubérance occipitale très légèrement saillante.
    • Stop : Légèrement marqué.
  • Région faciale :
    • Truffe : Assez volumineuse et plutôt rectangulaire. Sa couleur peut aller d’une teinte chair claire ou foncée jusqu’au marron, selon l’intensité de la robe. Vue de profil, la truffe se situe dans le prolongement du museau et dépasse la ligne verticale des lèvres.
    • Museau : La longueur du museau ne doit jamais être inférieure à celle du crâne. La hauteur du museau, mesurée à mi-longueur, est au moins égale à la moitié de sa longueur et sa largeur vaut moins de la moitié de sa longueur. Le museau est pointu et son profil latéral inférieur se trouve défini par la mandibule ; le chanfrein est rectiligne.
    • Lèvres : Fines, peu charnues et tendues, recouvrant tout juste les dents. La commissure des lèvres est à peine visible.
    • Mâchoires/dents : La denture est complète (l’absence des PM1 et M3 est tolérée) et s’articule en ciseaux. Les mâchoires sont normalement développées bien qu’elles ne paraissent pas robustes. La mandibule est peu développée, le menton fuyant. Les incisives, implantées à l’équerre des mâchoires, présentent un alignement et un articulé parfaits.
    • Joues : Plates
    • Yeux : Plutôt petits et insérés dans un plan semi-latéral. Ils sont de couleur ocre, ambre ou noisette, mais en aucun cas gris, marron ni jaune. L’expression est douce. L’ouverture palpébrale est ovale et de même couleur que la truffe.
    • Oreilles : Attachées très haut et bien rapprochées, elles sont rigides et portées dressées, avec une ouverture vers l’avant; naturelles, de forme triangulaire avec une extrémité arrondie légèrement inclinée vers l’arrière. Le cartilage est épais à la base.
      Lorsque le chien est aux aguets, les axes verticaux sont parallèles ou pratiquement parallèles. La longueur des oreilles ne doit pas dépasser la moitié de la longueur totale de la tête.

Cou :

Le profil supérieur, bien arqué, est de même longueur que la tête. Le cou s’insère harmonieusement entre les épaules en dessinant une courbe gracieuse. Le cou, de forme tronconique, est bien musclé, tout particulièrement le long de la nuque.

Corps :

  • Ligne du dessus : Rectiligne, s’inclinant du garrot jusqu’à la croupe.
  • Garrot : Bien sorti et étroit en raison d’omoplates rapprochées.
  • Dos : De profil supérieur rectiligne, sans muscles apparents.
  • Rein : La longueur du rein est à peu près égale à sa largeur. Les muscles sont courts, peu développés mais fermes. La longueur du rein vaut à peu près un tiers de la longueur de la poitrine.
  • Croupe : De profil supérieur plutôt rectiligne, elle présente une obliquité d’environ 45° sous l’horizontale. Avalée, sèche et puissante, elle est de longueur adéquate et sa largeur vaut à peu près la moitié de sa longueur. Les muscles ne sont pas saillants.
  • Poitrine : Bien descendue, elle atteint presque les coudes sans jamais les dépasser; côtes légèrement cintrées, jamais plates; poitrine plutôt étroite.
  • Ligne du dessous et ventre : La ligne du dessous remonte en pente douce; le ventre, sec, ne doit pas être levretté. La longueur des flancs est égale à celle des reins.

Queue :

Attachée bas, grosse à la racine et de même épaisseur sur pratiquement toute sa longueur, elle atteint les jarrets ou les dépasse légèrement. Au repos, elle portée en « sabre » et recourbée en faucille sur le dos quand le sujet est aux aguets. Poil mi-long, serré.

Membres :

  • Membres antérieurs :
    • Vue d’ensemble : Vue de profil, une ligne verticale imaginaire semble descendre de la pointe de l’épaule pour toucher le bout des doigts; les antérieurs sont parfaitement alignés avec le plan vertical, vus d’un côté comme de l’autre. La hauteur du membre antérieur, mesurée du sol au coude, dépasse légèrement la moitié de la hauteur au garrot.
    • Epaules : Omoplates bien relâchées, d’une longueur égale au tiers de la hauteur au garrot; les pointes des omoplates sont bien rapprochées. Angle scapulo-huméral modéré.
    • Bras : D’une longueur équivalente à la moitié de la longueur du membre antérieur mesurée du sol au coude. Muscles nets et apparents.
    • Coude : Situés au même niveau ou au-dessous de la cage thoracique, les coudes ne sont tournés ni vers l’intérieur, ni vers l’extérieur. Le bras et l’avant-bras forment un angle d’environ 160°.
    • Avant-bras : Perpendiculaire au sol; sillon carpo-cubital bien marquée; ossature légère mais robuste.
    • Carpe (poignet) : Dans le prolongement de l’avant-bras; os pisiforme saillant.
    • Métacarpe : D’une longueur qui ne doit pas être inférieure au sixième de la longueur du membre antérieur mesurée du sol au coude et d’une largeur supérieure à celle du poignet; légèrement obliques de l’arrière vers l’avant ; os plats et secs.
    • Pieds antérieurs : Légèrement ovales (pieds de lièvre), avec des doigts bien cambrés et serrés. Les ongles sont durs et recourbés, de couleur marron ou rose chair tendant vers le marron, mais en aucun cas noirs. Les coussinets sont durs et assortis à la couleur des ongles.
  • Membres postérieurs :
    • Vue d’ensemble : Vue de profil, une ligne verticale imaginaire semble descendre de la pointe de la fesse pour toucher le bout des doigts. Vue de derrière, une ligne verticale imaginaire semble descendre de la pointe de la fesse jusqu’au sol, divisant jarrets, métatarses et pieds postérieurs en deux parts égales.
      La longueur totale des postérieurs est plus petite que la hauteur au garrot (environ 93%).
    • Cuisse : Longue et large. Sa longueur vaut un tiers de la hauteur au garrot. Elles pourvue de muscles plats et présente un profil postérieur légèrement bombé. Le bassin et la cuisse forment un angle d’environ 115°.
    • Grasset (genou) : L’angle du grasset présente une ouverture d’environ 115°.
    • Jambe : Légèrement plus courte que la cuisse, avec une obliquité de 45° sous l’horizontale. Muscles secs et bien distincts; ossature légère; creux du jarret marqué.
    • Jarret : La longueur mesurée depuis la pointe de la fesse jusqu’au sol ne doit pas excéder 27% de la hauteur au garrot. L’articulation est large et forme un angle d’environ 135°.
    • Métatarse : D’une longueur égale au tiers de la longueur du membre antérieur mesurée du sol jusqu’au coude; les métatarses sont cylindriques, perpendiculaires au sol et dépourvus d’ergots.
    • Pieds postérieurs : Légèrement ovales (pieds de lièvre), avec des doigts bien cambrés et serrés. Les ongles sont durs et recourbés, de couleur marron ou rose chair tendant vers le marron, mais en aucun cas noirs. Les coussinets sont durs et assortis à la couleur des ongles.

Lien :

Club Du Sloughi, Des Lévriers D’Afrique Et Du Galgo
2 rue Font du Rossignol
16440 Mouthiers-sur-Boëme

Laissez un commentaire

*