Logo Brivanimal

Chien De Rouge De Bavière

Bouton pour la version imprimable
Chien De Rouge De Bavière

Photo* d’origine : Ralf Lotys
(*ne représente pas forcément l’idéal de la race)

Classification FCI :

Groupe 6 : Chiens courants, Chiens de recherche au sang et races apparentées
Section 2 : Chiens de recherche au sang

Standard FCI n°217 :

Origine :

Allemagne

Caractère :

Calme et équilibré; attaché à son maître, réservé envers les étrangers; on recherche un chien ferme et sûr de lui, impavide et docile qui ne soit ni timide ni agressif.

Taille :

Hauteur au garrot :

  • mâles : 47-52 cm
  • femelles : 44-48 cm

Pas de tolérance, ni en plus ni en moins, ni pour les mâles ni pour les femelles.

Aspect général :

Chien de taille moyenne, harmonieux dans son ensemble, plutôt léger, très délié et musclé. Le corps, légèrement plus long que haut et un peu surélevé à l’arrière, est soutenu par des membres pas trop longs. La tête est portée horizontalement ou légèrement relevée; la queue est horizontale ou tombe obliquement vers l’arrière.

Bref aperçu historique :

Tous les limiers et chiens de rouge sont issus de chiens de chasse primitifs, les chiens courants (brachets). Tous les chiens courants (brachets) de pure race sont, en action de chasse, bien gorgés, d’un perçant très développé, ainsi que d’un nez très fin et d’une grande sûreté sur la voie du petit comme du grand gibier. A l’origine, on choisissait dans la meute les chiens courants (brachets) les plus fiables et les mieux créancés, et, en les conduisant à la longe, on recherchait avec eux le gibier blessé à la chasse. C’est à partir de ces chiens courants (brachets) les plus calmes et dociles qu’on sélectionna plus tard les limiers (travaillant uniquement sur la voie saine et froide) et les chiens de rouge (travaillant uniquement sur la voie du gibier blessé et considérés comme des « limiers dont avait gâté le nez »). En procédant à des croisements avec des races génétiquement assez proches, on obtint vers la fin du 18ème / début du 19ème siècle l’actuel chien de rouge de Hanovre.
Après la révolution de 1848 – c’est-à-dire après le démantèlement des grands territoires de chasse, après l’abandon des anciennes méthodes de chasse en faveur de la chasse à l’affût et à l’approche et après l’amélioration des armes à feu survenue à cette époque – on eut besoin d’un chien travaillant « après le coup de feu ». Mais, plus particulièrement dans les territoires de chasse de montagne, il restait indispensable de disposer de chiens qui, bien que spécialisés dans le travail à la longe, n’en fussent pas moins endurants, mordants et criants dans la poursuite de l’animal blessé. Dans ces régions, le chien de rouge de Hanovre s’avéra être trop lourd. Pour obtenir aussi les résultats souhaités sur les terrains difficiles de montagne, le baron Karg-Bebenburg de Reichenhall sélectionna, après 1870, un chien plus léger, racé et amélioré en croisant le chien de rouge de Hanovre avec des chiens courants (brachets) de montagne de couleur fauve. Ce chien supplanta progressivement les autres races sur les territoires de chasse de montagne, de telle sorte qu’aujourd’hui le chien de rouge de Bavière y est devenu le compagnon classique des gardes-chasse et des forestiers. En 1912 fut créé le « Club du chien rouge de Bavière » dont le siège était à Münich. En Allemagne, ce club reste le seul accrédité pour cette race.

Allures :

Enjambées étendues, les antérieurs se portant bien en avant sous la poussée des postérieurs; antérieurs et postérieurs se meuvent droit devant parallèlement à l’axe médian du corps. Allures assez élastiques.

Robe :

  • Qualité du poil : Serré, plat et bien couché, modérément rêche au toucher, peu brillant; plus fin à la tête et aux oreilles; plus rude et long sur le ventre, les membres et la queue.
  • Couleur du poil : Fauve rouge, fauve cerf, fauve foncé (rouge brun) fauve jaunâtre, et aussi fauve clair (jaune délavé) jusqu’à fauve sable; fauve gris comme le pelage d’hiver des cerfs, également bringé ou tiqueté de noir. Sur le dos, la couleur de fond est en général plus intense. Museau et oreilles foncés. La queue est en général tiquetée de noir. Une petite marque claire sur le poitrail (étoile des brachets) est admise.

Peau :

Solide, bien appliquée.

Tête :

  • Région crânienne :
    • Crâne : Relativement large, à peine bombé, avec dépression frontale nette et arcades sourcilières bien développées; os occipital peu marqué.
    • Stop : Marqué.
  • Région faciale :
    • Truffe : De bonne grandeur, pas trop large. Narines bien ouvertes. Noire ou rouge foncé.
    • Museau : Devant les yeux pas trop chargé; un peu plus court que le crâne, suffisamment large, pas pointu. Chanfrein légèrement busqué ou droit.
    • Lèvres : Bien couvrantes, d’épaisseur moyenne. Commissure bien visible.
    • Mâchoires/dents : Mâchoires solides formant un articulé en ciseaux parfait, régulier et complet, c’est-à-dire que la face postérieure des incisives supérieures est en contact étroit avec la face antérieure des incisives inférieures, les dents étant implantées bien d’équerre par rapport aux mâchoires. 42 dents selon la formule dentaire. Articulé en pince admis.
    • Joues : Seulement modérément marquées.
    • Yeux : Limpides, expression attentive; ni trop grands ni trop ronds; brun foncé ou d’une teinte un peu plus claire; paupières pigmentées qui épousent bien la forme du globe oculaire.
    • Oreilles : Dépassant de peu une longueur moyenne, elles atteignent au maximum la truffe; lourdes, attachées haut, larges à la base et arrondies à leur extrémité, elles pendent sans être papillotées à plat le long de la tête.

Cou :

De longueur moyenne, fort; léger fanon.

Corps :

  • Ligne du dessus : Du garrot en direction de l’arrière-main légèrement ascendante.
  • Garrot : Peu marqué. Passage sans heurt du cou au dos.
  • Dos : Solide, flexible.
  • Rein : Relativement court, large, très bien musclé.
  • Croupe : Longue, assez droite.
  • Poitrine : D’une largeur modérée, poitrail bien développé; cage thoracique ovale, bien descendue et longue avec des côtes qui portent bien vers l’arrière. Ligne du dessous et ventre : Graduellement ascendante vers l’arrière; ventre légèrement retroussé.

Queue :

De longueur moyenne, atteignant tout au plus la pointe du jarret; attachée haut; portée à l’horizontale ou tombante, légèrement inclinée vers l’arrière.

Membres :

  • Membres antérieurs :
    • Vue d’ensemble : Vus de face, les antérieurs sont droits et parallèles; vus de côté, ils sont bien placés sous le corps. Bonnes angulations.
    • Epaule : Omoplate bien inclinée vers l’arrière, fortement musclée.
    • Bras : Long, avec bonne musculature sèche.
    • Coudes : Bien au corps, tournés ni en dedans ni en dehors.
    • Avant-bras : Sec, d’aplomb; ossature forte; très bien musclé.
    • Carpe (poignet) : Solide.
    • Métacarpe : Très peu incliné vers l’avant.
    • Pieds antérieurs : En forme de cuillère, avec des doigts bien cambrés et bien serrés; coussinets suffisamment rembourrés, solides, résistants et bien pigmentés ; au sol les pieds sont parallèles, en station debout comme en action, tournés ni en dehors ni en dedans. Ongles noirs ou de couleur de corne.
  • Membres postérieurs :
    • Vue d’ensemble : Ossature solide. Vus de derrière, les postérieurs sont droits et parallèles. Bonnes angulations.
    • Cuisse : Large et bien gigotée.
    • Grasset (genou) : Solide.
    • Jambe : Relativement longue, musclée et nerveuse.
    • Jarret : Solide.
    • Métatarse : Court, vertical.
    • Pieds postérieurs : Comme les antérieurs.

Lien :

Club Français Du Chien De Rouge De Hanovre Et De Bavière
10 rue De Walheim
68130 Aspach

Laissez un commentaire

*