Logo Brivanimal

Chien De Perdrix De Drente

Bouton pour la version imprimable
Chien de perdrix de Drente

Photo d’origine : Томасина
(*ne représente pas forcément l’idéal de la race)

Classification FCI :

Groupe 7 : Chiens d’arrêt
Section 1 : Chiens d’arrêt continentaux, type épagneul

Standard FCI n°224 :

Origine :

Pays-Bas

Caractère :

Ce chien se prête à merveille à la chasse en terrains variés. Il chasse en restant à portée de fusil. La faculté de rester en contact avec le chasseur semble être chez lui une qualité innée. A la chasse au gibier, et plus particulièrement lorsque le chien reconnaît une émanation, sa queue décrit des mouvements circulaires, ce qui constitue un trait caractéristique de la race. Arrivé à proximité du gibier, il arrête ce dernier en le maintenant immobile et attend sans bouger la venue du chasseur ; si ce dernier tarde, le chien tourne la tête pour chercher son maître des yeux. Grâce à ses facultés d’adaptation, le chien de perdrix de Drente est à même de chasser toutes sortes de gibier de terre et d’eau. C’est en outre un bon rapporteur doué pour retrouver le gibier perdu. Ces qualités sont innées chez lui ; un dressage élaboré n’est donc pas nécessaire. Ces chiens étant d’une nature douce, il est contre-productif d’employer à leur égard des méthodes de dressage trop fermes. Il arrive que le chien de perdrix de Drente soit réservé au départ, mais il ne doit en aucun cas être craintif. Sa loyauté et son intelligence, couplées à une bonne éducation et un bon dressage, en font un chien d’agrément très apprécié ainsi qu’un excellent compagnon de chasse.

Taille :

Tailles*Poids
Mâles58-63 cm30-35 kg
Femelles55-60 cm25-31kg

*Hauteur au garrot
La hauteur au garrot peut dépasser de quelques centimètres, à condition que le chien soit bien proportionné.

Bref aperçu historique :

La race est apparue au 16ème siècle, à partir des « Spioenen » (aussi appelés « Spanjoelen »), des chiens venus d’Espagne en traversant la France. Aux Pays-Bas, on les appela « chiens de perdrix ». Dans la partie orientale du pays, en particulier dans la province de Drente, ces individus furent élevés en race pure, sans faire l’objet d’aucun croisement avec d’autres races étrangères comme cela se faisait ailleurs. Le 15 mai 1943, la race fut officiellement reconnue par le Raad van Beheer op Kynologisch Gebied des Pays-Bas, grâce au soutien dynamique de la Baronne Van Hardenbroek, de M. Van Heek Jr et de M. Quartero. La race est apparentée au Petit Münsterländer et à l’épagneul français. Le club de la race, le « Nederlandse Vereniging de Drentsche Patrijshond », fut fondé le 5 juin 1948.

Aspect général :

Chien bien proportionné, à la musculature sèche et à la silhouette clairement définie. Son corps exprime de la puissance et la capacité pour courrir à la vitesse nécessaire pour un chien de chasse. La tête est légèrement cunéiforme et le museau, un peu plus court que le crâne, est plutôt sec ; les lèvres sont non pendantes.
Bien que le pelage ne soit pas réellement long sur le corps, il donne l’impression d’être long en raison d’oreilles bien fournies et d’un poil un peu plus abondant au niveau du cou et de la poitrine, de franges au niveau des antérieurs et postérieurs et d’une queue touffue et bien fournie.

Allures :

Allures couvrant bien le terrain, harmonieuses avec une bonne poussée de l’arrière ; au trot, les membres ne doivent ni faucher, ni serrer ; il ne doit pas y avoir de roulis dans le mouvement.
Les coudes et les jarrets ne sont tournés ni en dedans, ni en dehors, et ont tendance à converger vers un plan médian lors des accélérations (piste unique – « single tracking »).

Robe :

  • Qualité du poil: Le poil est abondant et recouvre bien tout le corps. Il n’est pas bouclé, mais plutôt raide, avec un sous-poil imperméable. Bien qu’il ne soit pas très long, le pelage donne cette impression en raison de poils plus longs par endroits, notamment au niveau du coup et de la poitrine.
    La base et les bords externes de l’oreille sont recouverts de poils longs, ondulés de préférence, mais pas bouclés. La pointe de l’oreille est recouverte de poils courts, les bords internes de l’oreille étant eux aussi bien fournis. Sur le dos et jusqu’à la queue, le poil est de préférence ondulé. La queue est bien fournie de tous côtés sauf au niveau de la racine ; les poils deviennent graduellement plus courts vers l’extrémité de la queue. Des franges recouvrent les membres antérieurs et postérieurs au niveau de leur partie postérieure, ainsi que la culotte. Les espaces interdigitaux sont eux aussi bien fournis.
  • Couleur du poil: Blanc marqué de marron, avec ou sans taches ou mouchetures. La couleur rouan n’est pas autorisée (mélange de poils marrons et blancs sur tout le corps). Les robes à manteaux sont moins recherchées. Les oreilles sont marron, tout comme les poils autour des yeux.

Proportions importantes

La longueur du corps, mesurée depuis la pointe de l’épaule jusqu’à la pointe de la fesse, est supérieure à la hauteur au garrot, donnant au chien un aspect légèrement plus long que haut.
La longueur du bras est légèrement inférieure à la celle l’omoplate. La longueur du museau est légèrement inférieure à celle du crâne.

Peau :

Bien appliquée au corps, sans rides ni plis.

Tête :

Cunéiforme, est modérément longue, bien proportionnée au reste du corps, avec des lignes fluides et bien définies.

  • Région crânienne :
    • Crâne: Plutôt large et très légèrement bombé. La ligne médiane révèle un sillon à peine visible allant d’un stop peu marqué jusqu’au milieu du crâne en direction de l’occiput, lequel est modérément développé.
    • Stop: La dépression fronto-nasale est graduelle, vue de face comme de profil ; les joues se fondent sans heurt dans la face ; le museau est bien rempli sous les yeux. Les arcades sourcilières sont bien développées et clairement visibles.
  • Région faciale :
    • Truffe: Bien développée, de couleur marron et dotée de narines largement ouvertes.
    • Museau: Puissant et va en s’amenuisant vers la pointe de la truffe ; il est légèrement plus court que le crâne, tronqué au niveau de son extrémité et doté de lèvres sèches et non pendantes. Il est bien rempli sous les yeux. Le chanfrein est large et rectiligne. On admet une très légère courbure vers le haut juste derrière la truffe.
    • Lèvres: Plutôt fines, bien jointives et de couleur marron.
    • Mâchoires/dents: Denture forte avec articulé en ciseaux bien régulier.
    • Joues: Modérément développées.
    • Yeux: Bien séparés ; ils ne sont ni saillants, ni enfoncés dans leurs orbites, mais enchâssés de sorte à être bien protégés. Ils sont de taille modérée et de forme ovale. Le regard exprime la gentillesse ainsi que l’intelligence du chien de chasse.
      Les yeux sont de préférence couleur ambre, c’est-à-dire ni foncés, ni clairs comme les yeux « œil de proie ». Les paupières adhèrent parfaitement au globe oculaire.
    • Oreilles: Dénuées de lourdeur, sont attachées haut et bien appliquées à la tête, sans former de pli. Etirées vers l’avant, il ne manque que trois doigts environ pour qu’elles atteignent la pointe de la truffe. L’oreille est large au niveau de l’attache et se termine en pointe arrondie. Lorsque le chien est aux aguets, ses oreilles se tournent vers l’avant et se relèvent. Vue de face, l’oreille forme un triangle replié au-dessus de la moitié du pavillon. Les oreilles sont mobiles et expriment diverses humeurs chez le chien.

Cou :

Fort, de longueur moyenne, le cou relie la tête au corps en une ligne harmonieuse et ininterrompue. Un cou plus long, donnant au sujet un aspect plus élégant mais manquant de force, est indésirable.

Corps :

  • Ligne du dessus: luide du garrot jusqu’à la queue.
  • Garrot: Puissant et pas trop en avant.
  • Dos: Fort et droit, de longueur moyenne, pas trop court ; grâce à une bonne angulation de l’avant-main et de l’arrière-main, il donne l’impression d’être légèrement allongé.
  • Rein: Musculature vigoureuse.
  • Croupe: Légèrement oblique, large et longue.
  • Poitrine: Profonde, descendue jusqu’aux coudes et plutôt large vue de devant. Les membres antérieurs ne doivent pas être gênés par des côtes antérieures trop cintrées. La cage thoracique est longue, avec des côtes postérieures également bien développées. Les côtes sont bien cintrées ; elles ne sont ni plates, ni en tonneau.
  • Ligne du dessous et ventre: A peine levretté.

Queue :

Attachée dans le prolongement de la ligne du dessus. La queue atteint approximativement les jarrets. Quand le chien est en mouvement, la queue est portée partiellement à l’horizontale et légèrement recourbée vers le haut au niveau de son extrémité. Elle ne doit en aucun cas être portée recourbée sur le dos. Le poil est abondant partout sauf à la racine, et se fait moins fourni vers l’extrémité de la queue.

Membres :

  • Membres antérieurs :
    • Vue d’ensemble: Bien rattachés au corps, avec des coudes bien appliqués contre la poitrine.
    • Épaule: Les omoplates sont longues, obliques, bien relâchées et bien appliquées au corps.
    • Bras: Le bras est incliné vers l’arrière et bien angulé avec l’épaule. Il est légèrement moins long que l’omoplate.
    • Coude: Bien appliqué au corps.
    • Avant-bras: Droits et parallèles. Ossature solide.
    • Carpe (poignet): Fort.
    • Métacarpe: Forts et légèrement obliques.
    • Pieds antérieurs: De forme ronde ou ovale, avec des doigts bien joints, arqués et forts ; les coussinets sont fermes. Les pieds ne sont tournés ni en dedans, ni en dehors.
  • Membres postérieurs :
    • Vue d’ensemble: Bien développés, très larges et bien musclés. Vus de derrière, les membres sont d’ aplomb et parallèles entre eux. Ossature solide.
    • Cuisse: Large et musclée. Bien angulée avec la jambe.
    • Grasset (genou): Modérément angulé.
    • Jambe: Aussi longue que le fémur.
    • Jarret: Bien descendu.
    • Métatarse: Court, tourné ni en dedans, ni en dehors.
    • Pieds postérieurs: De forme ronde ou ovale, avec des doigts bien joints, arqués et forts ; les coussinets sont fermes. Les pieds ne sont tournés ni en dedans, ni en dehors.

Laissez un commentaire

*