Logo Brivanimal

Chien Esquimau Canadien

Chien esquimau candaien

Photo* d’origine : Exhaustfumes
(*ne représente pas forcément l’idéal de la race)

Classification FCI :

Groupe 5 : Chiens de type Spitz et de type primitif.
Section 1 : Chiens nordiques de traîneau.

Standard FCI n°211 :

Origine :

Canada

Caractère :

Le caractère du chien esquimau canadien doit refléter la résistance au travail difficile inhérente à sa race. Il ne doit pas être perçu comme un animal de compagnie mais plutôt comme un chien primitif domestiqué à l’origine par les Inuit pour des tâches spécifiques dans le milieu arctique particulièrement dur. À sa maturité, le chien esquimau canadien est de nature gentille et affectueuse avec l’homme, appréciant sa présence. Même avec les étrangers il est rarement réservé. Habituellement, il est bienveillant et d’une curiosité inoffensive ou devient complètement distant. Le chien a l’instinct de meute profondément ancré et s’il vit en groupe, la hiérarchie s’établira sous le commandement total du dominant. Le comportement à l’intérieur de la meute est normalement bien structuré et contrôlé mais il n’est pas rare de voir des chiens balafrés ou aux oreilles déchirées, originaires de chenils où ils vivaient en groupe ou en meute. Comparé aux races modernes domestiques, le chien esquimau canadien répond presque trop fortement à n’importe quel stimulus, que ce soit la nourriture, le travail, la défense ou le jeu. Pour cette raison, le chien devrait être un compagnon pour l’adulte et n’est pas à considérer comme animal de compagnie pour enfant.

Taille et poids :

Tailles*Poids
Mâles58-70 cm30-40 kg
Femelles50-60 cm18-30 kg

*Hauteur au garrot

Bref aperçu historique :

La race a 1100 à 2000 ans d’histoire interdépendante de la culture des Esquimaux de Thule qui, suivant la culture de Dorset, occupèrent la côte et l’archipel appelés maintenant Canada Arctique. Quoique faisant partie de la famille des spitz, l’origine de l’esquimau canadien se perd dans la préhistoire Inuit qui inclut les migrations Mongoles de l’Asie vers l’Amérique du Nord. La lignée existante des chiens esquimaux canadiens vit le jour à partir des souches premièrement élevées par la Fondation pour la recherche sur le chien esquimau dans les territoires du Nord-Ouest. Le travail de la Fondation durant une période de six ans fut d’abord financé par le gouvernement canadien et des Territoires du Nord-Ouest et impliqua l’achat de spécimens restants chez les Inuit de la Péninsule de Boothia, de la péninsule de Melville et des parties de l’île de Baffin. Le chien esquimau canadien, comme tous les chiens primitifs, est essentiellement carnivore, son régime habituel étant constitué de phoque, morse, poisson ou caribou.

Aspect général :

Le chien esquimau canadien est de construction puissante, de dimensions moyennes, avec une encolure et une poitrine fortes, des membres de longueur moyenne. Typique chez les spitz, la tête est en forme de coin, portée haute avec des oreilles droites et épaisses. Les yeux sont placés en oblique donnant une apparence sérieuse. La queue touffue est portée haute ou enroulée sur le dos. La hauteur au garrot est à peu près la même que la hauteur aux hanches, ossature moyenne à forte et bien musclée, le chien montre un physique puissant et majestueux indiquant qu’il n’est pas construit pour la vitesse mais plutôt pour l’endurance. Le corps doit surtout être bien musclé et sans graisse. Les femelles ont un corps plus petit et moins musclé que les mâles. Pendant l’hiver, le corps est recouvert d’un manteau épais, le poil de couverture étant droit, voire hérissé ; le sous-poil est dense, ce qui permet à l’animal de supporter aisément les rigueurs de ces hautes latitudes. Une longue crinière couvrant l’encolure et les épaules apparaîtra chez les mâles. La conformation d’ensemble du chien esquimau canadien devrait être force, puissance et endurance en équilibre avec agilité, vivacité et audace. La femelle aura normalement un poil de couverture plus court et sera toujours visiblement plus petite que le mâle. Les jeunes femelles auront une ossature plus légère, une tête plus étroite qui tendra à donner une expression plus amicale que les mâles. Les mâles et les femelles ont une croissance rapide mais équilibrée atteignant pratiquement la taille nécessaire pour travailler autour des sept mois. Dans tous les cas, le temps de la maturation continue jusqu’à trois ans, les chiens atteignant alors leur apparence très majestueuse. Les chiots sont souvent décrits comme des adultes en miniatures, ayant les oreilles érigées et la queue enroulée déjà entre trois et cinq semaines. Il peut y avoir, occasionnellement, des périodes durant l’adolescence pendant lesquelles les oreilles ne sont pas pleinement dressées mais il est important de noter que les oreilles du chien esquimau canadien n’ont pas la même croissance graduelle pour se tenir droites autour de quatre mois comme chez d’autres races.

Allures :

La démarche de ce chien de travail est puissante, le trot est vif, les membres postérieurs se déplaçant dans l’axe du déplacement des pattes antérieures pendant la propulsion mais avec une légère abduction pendant le retour de la foulée arrière. Cela est spécialement prononcé chez les mâles adultes ayant travaillé sur de longues distances en harnais. La démarche peut paraître maladroite à un œil non exercé mais elle résulte d’une large prise au sol générée par des cuisses bien développées. Cette démarche particulière est une foulée efficace et équilibrée nécessaire à la traction de lourdes charges jour après jour. L’allure ne doit en aucun cas paraître courte et saccadée ou pagayante (les membres se projetant vers l’extérieur, les pieds se levant peu du sol). Les femelles sont plus rapides et légères que les mâles et sont capables de passer du trot naturel au galop pour maintenir la vitesse de course sur de plus longues distances que les mâles.

Robe :

  • Qualité du poil : Sujet à une mue annuelle habituellement en août ou en septembre, la robe est épaisse et dense avec un poil de couverture dur et rigide dont la longueur peut varier de 3 à 6 pouces (7 – 15 cm). Une crinière couvrant la nuque et les épaules peut faire paraître le mâle plus large et plus haut au garrot qu’il ne l’est en réalité.
    Le sous-poil est très dense pour donner une excellente protection pendant les plus extrêmes conditions de l’hiver. Pendant la mue, le sous-poil tombe en touffes pendant quelques jours. Les femelles ont généralement une fourrure plus courte dans l’ensemble, partiellement dû à la mue supplémentaire habituelle après la mise bas.
  • Couleur du poil : Aucune couleur unique ou répartition de couleur ne devra dominer dans la race, les couleurs et mélanges de couleurs du chien esquimau canadien seront :
    (a) Robe blanche complète avec pigmentation autour des yeux, sur la truffe et les lèvres (il ne s’agit pas d’un albino);
    (b) Robe blanche avec seulement une toute petite quantité de roux, chamois (y compris les ombres couleur cannelle), gris ou noir autour des oreilles et des yeux;
    (c) Robe blanche avec des marques rousses, chamois, cannelles, grises ou noires autour des oreilles et des yeux ou la tête complètement marquée de ces couleurs, parfois des petites pastilles de la même couleur sur le corps, généralement autour des hanches ou sur le flanc;
    (d) Roux et blanc, ou chamois et blanc, ou cannelle et blanc ou noir et blanc avec une distribution 50/50 de chaque couleur sur les différentes parties du corps;
    (e) Robe rousse ou chamois ou cannelle avec du blanc sur la poitrine et/ou les membres et sous le corps;
    (f) Corps sable ou noir ou gris foncé avec du blanc sur la poitrine et/ou les membres, sous le corps, occasionnellement étendu à l’encolure comme une collerette;
    (g) Robe gris-argent ou blanc-grisâtre;
    (h) Sous-poil chamois à brun avec poil de couverture noir.

    Très commun chez les chiens avec une couleur bien marquée sur la tête est le masque ombré de blanc autour des yeux et/ou autour de la truffe avec ou sans points au-dessus des yeux. Dans de très rares occasions les points au-dessus des yeux autant que les marques sur les joues pourront être de couleur chamois ajoutant ainsi une troisième couleur sur un chien normalement bicolore.

Peau :

Épaisse et résistante.

Tête :

  • Région crânienne :
    • Crâne :Massif mais bien proportionné, large et en forme de coin. Souvent décrite comme ressemblant à une tête de loup, la tête du chien esquimau canadien a un front plus haut. Les jeunes femelles ont un crâne plus étroit que les mâles. L’espace entre les oreilles pour les mâles doit être compris entre 5 et 6 pouces (13 – 15 cm). Pour les femelles, la distance varie entre 4,5 et 5,5 pouces (11 – 14 cm).
  • Région faciale :
    • Truffe : La pigmentation du nez variera du noir au brun clair (spécialement pour les robes claires avec du roux, cannelle ou chamois sur le corps). Les truffes de couleur brun pâle peuvent occasionnellement être tachées de ladre.
    • Museau : Effilé et de longueur moyenne.
    • Lèvres : Noires ou brunes avec du rose.
    • Mâchoires/dents : Les mâchoires sont lourdes et puissantes, garnies de dents larges, les canines sont bien développées. Les incisives ferment en ciseaux.
    • Yeux : Généralement foncés mais la couleur noisette ou jaune peut apparaître chez certains sujets. Ils sont petits, écartés l’un de l’autre et placés obliquement ce qui tend à donner au chien une expression plus sauvage et trompeuse qu’il ne mérite.
    • Oreilles : Courtes, épaisses avec des extrémités légèrement arrondies. Elles sont dressées, tournées vers l’avant et couvertes d’un poil court et dense.

Cou :

Courte, droite, épaisse et très musclée.

Corps :

La hauteur au garrot est à peu près la même que la hauteur aux hanches.

  • Dos : La colonne vertébrale, palpée sous la robe, est bien marquée.
  • Rein : Bien développé.
  • Poitrine : Profonde, large, bien musclée
  • Ligne du dessous et ventre : On ne trouve qu’une légère dépression au niveau du flanc.

Queue :

Large et touffue et généralement portée haute ou enroulée sur le dos. Dans certaines occasions, les femelles adultes peuvent porter la queue tombante.

Membres :

  • Membres antérieurs :
    • Epaule: Forte attachée obliquement avec une musculature moyenne.
    • Avant-bras : Droits mais semblent arqués à cause du triceps bien développé au-dessus et derrière le coude ainsi que de la musculature prononcée de l’avant-bras.
    • Pieds antérieurs : Les pieds sont larges, sensiblement ronds, bien cambrés avec des coussinets épais et bien garnis de poil entre eux; toutefois, sous les froides conditions hivernales, cette fourrure deviendra plus longue pour couvrir le dessous des coussinets.
  • Membres postérieurs :
    • Vue d’ensemble : Les hanches peuvent paraître aussi prononcées que la colonne vertébrale et sont à la même hauteur que le garrot.
    • Cuisse : Les membres sont très musclés, les cuisses bien gigotées en appui sur des jarrets solides.
    • Grasset (genou): Bien angulées.
    • Pieds postérieurs : Semblables aux pieds avant mais sensiblement plus longs. Les aplombs arrières sont droits, les jarrets ne tournant ni vers l’intérieur, ni vers l’extérieur.

Laissez un commentaire

*