Logo Brivanimal

Chien Courant Italien A Poil Ras

Bouton pour la version imprimable
Chien courant italien à poil ras

Photo* d’origine : Canarian
(*ne représente pas forcément l’idéal de la race)

Classification FCI :

Groupe 6 : Chiens courants et chiens de recherche au sang
Section 1 : Chiens courants de taille moyenne

Standard FCI n°337 :

Origine :

Italie

Caractère :

Chien courant qui s’adapte bien aux terrains les plus divers; doté d’une grande résistance et d’une bonne vélocité, il est plein d’ardeur, qu’il travaille seul ou en meute; d’un tempérament hardi mais d’un caractère peu expansif, il a un regard doux et une voix très agréable.

Taille et poids :

Hauteur au garrot :

  • Mâles de 52-58 cm
  • Femelles de 48-56 cm

Tolérance de ± 2 cm (quand il s’agit de sujets excellents).
Poids : De 18-28 kg

Bref aperçu historique :

Les origines du segugio remontent à la plus haute antiquité. Ces chiens sont certainement des descendants des chiens de chasse primitifs pour la poursuite du gibier de l’ancienne Egypte, qui furent par la suite introduits sur les côtes de la Méditerranée et en Italie par des commerçants phéniciens. De nombreux dessins exécutés sous diverses dynasties de Pharaons égyptiens attestent la présence en Egypte de chiens très ressemblants au segugio actuel. Relevons en particulier la présence d’oreilles tombantes, signe indubitable d’une domestication avancée. On peut ainsi déduire que l’ancien chien pour la poursuite du gibier, qu’il ne faut pas confondre avec les lévriers, débarqua en Italie et y donna naissance au segugio actuel, dont les particularités anatomiques générales se sont maintenues pratiquement sans changement à travers les siècles. Des chiens de même type et de même stature que les segugi actuels sont placés aux côtés des statues de « Diane chasseresse » au musée de Naples et de celle de « Diane tirant à l’arc » au musée du Vatican. Enfin, au château de Borso d’Este (1600), on peut voir un tableau qui représente le type idéal du segugio actuel.

Aspect général :

Chien de proportions générales moyennes dont le corps s’inscrit dans le carré; de construction robuste, parfaitement proportionné, doté d’une ossature bien développée, avec ses formes sèches, il est pourvu de bons muscles sans la moindre trace de graisse; tête allongée dont les axes longitudinaux crânio-faciaux supérieurs sont divergents; pelage à poil ras.

Proportions importantes :

  • La longueur du tronc est égale à la hauteur au garrot (s’inscrit dans le carré).
  • La hauteur de la poitrine est égale à la moitié de la hauteur au garrot, ou, exprimé autrement, elle est égale à la hauteur du membre antérieur mesurée du sol au coude.
  • La longueur du chanfrein est égale à la moitié de la longueur de la tête.

Allures :

A la chasse, le chien galope.

Robe :

  • Qualité du poil : Poil ras sur tout le corps; ce crin est de texture raide, dense, serrée et uniformément lisse; on peut rencontrer de rares poils durs épars sur le tronc, sur le museau ainsi que sur les membres, ce qui ne constitue pas un défaut.
  • Couleur du poil : Les couleurs admises sont toute la gamme du fauve unicolore depuis le fauve rouge intense au fauve délavé, et le noir et feu.
    Les marques feu siègent comme d’habitude au museau, aux sourcils, au poitrail, aux membres, du carpe au pied et du tarse au pied, ainsi qu’au périnée. Le fauve peut avoir du blanc sur le museau et sur le crâne (masque symétrique ou non), une étoile blanche au poitrail, sur le cou, sur les métacarpes, sur les métatarses, sur les pieds et à la pointe de la queue. Cependant le blanc n’est pas recherché et moins il y en a mieux cela vaut. Le noir et feu peut présenter une étoile blanche au poitrail; dans ce cas le segugio est dit tricolore. La couleur marron (café, foie) n’est pas admise.

Peau :

Peau fine et mince, partout bien appliquée au corps. La pigmentation des muqueuses, des troisièmes paupières, des ongles, des coussinets centraux et des tubercules digitaux doit être absolument de couleur noire. Une pigmentation noire du palais n’est pas requise, mais représente une qualité.

Tête :

  • Région crânienne :
    • Crâne : Vue de dessus, la forme du crâne est presque ovale. De profil, les axes du crânes et du chanfrein sont divergents; le profil supérieur du crâne est légèrement convexe; la largeur bizygomatique est inférieure à la moitié de la longueur de la tête; les arcades sourcilières sont peu développées; le sillon frontal est peu marqué; la crête occipitale, apparente et sans exagération en relief, est courte.
    • Stop : Degré d’accentuation d’environ 140°.
  • Région faciale :
    • Truffe : Approchant de la forme d’un polyèdre à six faces, suffisamment grande, mobile, avec des narines bien ouvertes dont les ouvertures sont quelque peu latérales, elle est toujours de couleur noire.
    • Museau : La longueur du museau est égale à la moitié de la longueur de la tête; sa hauteur (ou profondeur) doit dépasser de peu la moitié de sa longueur; la largeur du museau, mesurée à la moitié de sa longueur, doit être un peu inférieure au cinquième de la longueur de la tête; le profil du chanfrein est légèrement convexe (busqué); les faces latérales du museau convergent vers l’avant; les branches de la mandibule sont presque droites sur toute leur longueur et le corps de la mandibule est peu développé sur le devant; le profil latéral inférieur du museau est défini par la lèvre supérieure.
    • Lèvres : Elles sont fines et minces; vues aussi bien de face que de profil, elles sont peu développées en hauteur (tendues); leur bord inférieur esquisse de profil une légère courbe. Les bords des lèvres sont toujours de couleur noire.
    • Mâchoires/dents : La forme des mâchoires est celle d’un cône tronqué; la position des incisives par rapport aux mâchoires est à l’équerre, avec un articulé en ciseaux. La denture est complète avec des dents blanches, régulièrement alignées et normalement développées; l’articulé en ciseaux est correct, l’articulé en tenailles est admis.
    • Joues : Plates et sèches.
    • Yeux : Les yeux en amande, grands, lumineux, de couleur ocre sombre, en position semi-latérale, ont une expression douce; les bords des paupières sont toujours noirs.
    • Oreilles : L’attache de l’oreille se situe au niveau de l’arcade zygomatique ou légèrement plus bas; l’oreille doit être tombante et présente une torsion qui la porte en entier vers l’avant, ne lui permettant ni de s’affaisser, ni d’être papillotée. L’oreille est de forme triangulaire, plate sur presque toute sa longueur et très large; l’extrémité doit se terminer en forme de pointe étroite, jamais largement arrondie; décrite sous la dénomination de bout ou pointe, elle est légèrement tournée vers l’intérieur.
      La longueur de l’oreille atteint environ 70% de la longueur de la tête, et sa largeur, à l’endroit de sa largeur maximale, mesure un peu plus que la moitié de sa longueur.

Cou :

  • Profil : Le profil supérieur du cou est légèrement arqué, donc légèrement convexe.
  • Longueur : Sa longueur correspond ou est presque égale à la longueur de la tête; ainsi elle doit atteindre les 4/10èmes de la hauteur au garrot.
  • Forme : Le cou a la forme d’un cône tronqué; il est d’aspect très sec et léger, au point de donner l’impression d’être peu musclé (muscles longs).

Peau :

Fine, bien tendue, sans plis ni fanon; le poil est ras.

Corps :

  • Ligne du dessus : Ligne du dessus rectiligne qui, du garrot, descend harmonieusement jusqu’à la croupe avec une modeste convexité au niveau de la région lombaire.
  • Garrot : Le garrot, peu sorti de la ligne dorsale et étroit par le rapprochement de la pointe des omoplates, se fond harmonieusement dans l’attache du cou.
  • Dos : Le profil supérieur du dos est rectiligne avec des muscles peu apparents. Sa longueur est dans un rapport de 3 :1 avec celle de la région lombaire.
  • Rein : La longueur de la région lombaire mesure un peu moins du cinquième de la hauteur au garrot; sa largeur est proche de sa longueur; la musculature est bien développée en longueur et en largeur.
  • Croupe : Le profil supérieur de la croupe offre une discrète convexité; sa direction présente une inclinaison sous l’horizontale d’environ 10 degrés; sa longueur atteint environ un tiers de la hauteur au garrot et sa largeur mesure environ la moitié de sa longueur; les muscles sont bien développés.
  • Poitrine : La hauteur de la poitrine ou cage thoracique est égale ou un peu inférieure à la moitié de la hauteur au garrot, et sa largeur (diamètre transversal), mesurée à mi-hauteur, est égale à environ 1/3 de la hauteur au garrot; la poitrine doit descendre jusqu’au coude ou presque; les côtes ne sont pas très cintrées, donc peu convexes, la circonférence de la poitrine étant d’un quart supérieur à la hauteur au garrot, le poitrail est d’une ampleur modérée.
  • Ligne du dessous et ventre : Le profil inférieur est typique en ce qu’il se présente sous forme d’une ligne droite sur toute sa longueur, qui, du sternum, remonte jusqu’au ventre; ce dernier est très sec, même s’il n’est pas très relevé.

Queue :

L’attache de la queue sur la ligne de la croupe est haute. Elle est grêle à sa racine et uniforme sur toute sa longueur, ressemblant ainsi à une petite flûte (gressin), sauf à son extrémité, où elle devient très fine. La longueur de la queue est telle que son extrémité touche ou atteint presque la pointe du jarret. Couverte d’un poil ras sur toute sa longueur, au repos, la queue est pendante ; quand le chien est en action, elle se relève jusqu’à dépasser la ligne du dos.

Membres :

  • Membres antérieurs :
    • Vue d’ensemble : L’aplomb, vu de profil, doit correspondre à une ligne verticale imaginaire qui, de l’articulation scapulo-humérale, descend jusqu’au sol en touchant la pointe des doigts, ainsi qu’à une autre ligne verticale imaginaire qui, partant de l’articulation huméroradiale, divise l’avant-bras et le carpe en deux parties à peu près égales pour aboutir à mi-longueur du métacarpe. Vu de face, l’aplomb doit correspondre à une ligne verticale qui part de la pointe de l’épaule et divise en deux parties sensiblement égales l’avant-bras, le carpe, le métacarpe et le pied. La hauteur du sol au coude est égale à la moitié de la hauteur au garrot.
    • Epaules : La longueur de l’épaule atteint le tiers de la hauteur au garrot; son inclinaison sous l’horizontale est de 45 à 55 degrés; ses muscles sont longs, secs, apparents et bien distincts; l’ouverture de l’angle de l’articulation scapulo-humérale est d’environ 110 degrés.
    • Bras : La longueur du bras correspond à environ la moitié de la hauteur du sol jusqu’au coude; par rapport à la verticale, il se situe dans un plan à peu près parallèle au plan médian du corps. Le bras est doté de muscles longs et secs.
    • Coude : Placé au niveau ou un peu en dessous de la ligne sternale et parallèle au plan médian du corps, la pointe doit se trouver sur la verticale abaissée de la pointe de l’omoplate. L’angle huméro-radial mesure de 135 à 145°.
    • Avant-bras : Sa longueur mesure environ le tiers de la hauteur au garrot; il est perpendiculaire au sol et présente une gouttière carpocubitale bien visible; ce qui donne l’impression d’un membre sec, décharné et sans ossature importante.
    • Carpe (poignet) : Sec, il prolonge la ligne droite de l’avant-bras.
    • Métacarpe : La longueur du métacarpe ne doit pas être inférieure au sixième de celle du membre antérieur du sol jusqu’au coude; plus large que le carpe, mais plat et sec, vu de profil, le métacarpe est légèrement oblique d’arrière en avant.
    • Pieds antérieurs : De forme ovale (pieds de lièvre), à doigts bien serrés et cambrés; tubercules digitaux peu charnus; coussinets centraux secs, durs, coriaces et de couleur noire. Ongles robustes, recourbés et toujours noirs. La présence de quelques ongles blancs (pas roses) n’est pas un défaut.
  • Membres postérieurs :
    • Vue d’ensemble : L’aplomb, vu de profil, doit correspondre à une verticale imaginaire qui descend de la pointe de la fesse au sol en frôlant ou touchant la pointe des doigts. L’aplomb, vu de derrière, doit correspondre à une verticale imaginaire qui, de la pointe de la fesse, descend vers le sol en coupant en deux parties égales la pointe du jarret, le métatarse et le pied. La longueur du membre postérieur atteint environ les 93% de la hauteur au garrot.
    • Cuisse : Longue et large, sa longueur n’est pas inférieure au tiers de la hauteur au garrot. La largeur de la cuisse (face externe) est à peu près égale aux ¾ de sa longueur; les muscles sont saillants, mais bien séparés; le bord postérieur de la cuisse proprement dite est un peu convexe. L’angle de l’articulation coxo-fémorale mesure 90 à 95 degrés.
    • Grasset (genou) : Le genou doit être bien d’aplomb, donc la rotule n’est pas tournée ni vers l’intérieur ni vers l’extérieur; l’angle de l’articulation tibio-fémorale est d’environ 115°.
    • Jambe : La longueur de la jambe est un peu inférieure à celle de la cuisse; son inclinaison sous l’horizontale est d’environ 40 degrés. La jambe présente des muscles secs, même dans sa partie supérieure, fermes et bien distincts les uns des autres; la gouttière jambière est bien marquée et apparente; la veine saphène externe est bien à fleur de peau; l’ossature, plutôt légère, est très solide.
    • Jarret : Sa largeur est à peu près équivalente à la dixième partie de la hauteur au garrot; la distance du sol à la pointe du jarret ne doit pas dépasser les 27% de la hauteur au garrot (jarret bas); l’ossature est solide avec contours osseux bien visibles, ce qui souligne la sécheresse de la région; l’ouverture de l’angle tibio-tarsien est d’environ 135°.
    • Métatarse : Sa longueur est inférieure à la moitié de celle du membre antérieur mesurée du sol au coude ; moins large que le jarret, il est en position verticale, c’est-à-dire perpendiculaire au sol. Pas d’ergot.
    • Pieds postérieurs : Moins ovales que les antérieurs dont ils possèdent toutes les caractéristiques.

Laissez un commentaire

*