Logo Brivanimal

Bouvier de l’Appenzell (Appenzeller SennenHund)

Bouton pour la version imprimable
Bouvier De L'Appenzell

Photo* d’origine : Pleple2000
(*ne représente pas forcément l’idéal de la race)

Classification FCI :

Groupe 2 : Chiens de type Pinscher et Schaunzer, Molossoïdes, Chiens de montagne et de bouviers suisses
Section 3 : Chiens de montagne et de bouvier suisses

Standard FCI n°46 :

Origine :

Suisse

Caractère :

Vif, plein de tempérament et d’assurance, hardi; méfiant envers les étrangers; gardien incorruptible; joyeux et réceptif.

Taille :

Hauteur au garrot :

  • Males : 52-56 cm,
  • Femelles : 50-54 cm.
  • Tolérance : +/- 2 cm.

Bref aperçu historique :

Le bouvier de l’Appenzell est cité nommément pour la première fois en 1853 dans un livre intitulé « Tierleben der Alpenwelt » (la vie des animaux dans le milieu alpin); il y est décrit en tant que « bouvier pluricolore à poil court, de taille moyenne et à la voix claire « qu’on rencontre » par endroits sous forme d’une variété de type Spitz très homogène utilisé aussi bien pour garder les fermes que pour rassembler le troupeau. En 1895, le maître forestier Max Sieber, un des grands promoteurs de la race, demanda à la Société cynoloqique suisse ( SCS) de prendre des mesures de sauvegarde en faveur du bouvier de l’Appenzell. Pour promouvoir 1’élevage de la race, en 1898, le Conseil d’Etat du canton de St.Gall mit la somme de Fr.400. à disposition. Sur demande de la SCS, une commission fut créée.
Elle fixa les traits caractéristiques de la race et, à l’occasion d’une foire à Altstätten, elle parvint à motiver la présentation de 9 mâles et de 7 femelles, dont les propriétaires reçurent des récompenses allant de Fr.5. à Fr.10.
A la suite de cette présentation, fin 1998, 8 bouviers de l’Appenzell furent présentés dans la classe expérimentale « chiens de montagne et de bouvier suisses » à la première exposition internationale de Winterthur. Sur l’impulsion du Professeur Albert Heim qui s’est beaucoup consacré à la sauvegarde des races de bouvier suisses, donc aussi à l’Appenzell, le « Club suisse du bouvier de l’Appenzell » fut créé en 1906 dans le but de promouvoir la race tout en la maintenant dans sa simplicité naturelle. L’inscription obligatoire des chiots dans le « Livre des origines du bouvier de l’Appenzell » marqua le début de l’élevage en pure race. En 1914, le professeur Albert Heim rédigea le premier standard de race valable. La région d’implantation de la race était la contrée d’Appenzell; aujourd’hui son élevage se pratique partout en Suisse, et, au-delà des frontières, dans un bon nombre de pays d’Europe. Le vocable « bouvier de l’Appenzell » désigne aujourd’hui une entité clairement définie et nettement délimitée par rapport aux autres races de bouvier suisses. Bien que le bouvier de l’Appenzell ait trouvé de nombreux amateurs, la base d’élevage est restée très restreinte; seul un élevage très attentif et pleinement conscient de ses responsabilités permettra de consolider et d’approfondir les caractères héréditaires de cette race remarquable dans leur simplicité naturelle.

Aspect général :

Chien tricolore de taille moyenne, presque inscriptible dans un carré, bien proportionné et harmonieux dans toutes ses parties, musclé, très mobile et agile, à l’expression malicieuse.

Allures :

Bonne poussée des postérieurs, grande amplitude des enjambées; au trot, vu de face et de derrière, les membres se portent en avant dans des plans parallèles au plan médian du corps.

Robe :

  • Qualité du poil : Poil double, ferme et bien couché. Poil de couverture dense et brillant; sous-poil dense, de couleur noire, marron ou grise; il n’est pas souhaitable que la couleur du sous-poil transparaisse; poil légèrement ondulé admis seulement sur le dos et le garrot, mais pas recherché.
  • Couleur du poil : Fond noir ou havane, avec des marques symétriques de couleur feu ( brun rouge ) ou blanche. Petites marques feu au-dessus des yeux ; marques feu sur les joues, au poitrail ( à gauche et à droite de la région de l’articulation scapulo-humérale) et sur les membres, où les marques feu se trouvent toujours entre le blanc et le noir ( ou le havane selon la couleur de fond de la robe).
  • Marques blanches :
    • Liste blanche bien visible qui descend sans interruption du crâne sur le chanfrein et qui peut entourer entièrement ou partiellement le museau.
    • Plage blanche ininterrompue qui va du menton au poitrail par la gorge.
    • Marques blanches aux quatre pieds.
    • Marque blanche à la pointe de la queue.
    • Tache blanche à la nuque et demi-collier blanc toléré.
    • Etroit collier blanc admis, mais pas recherché.

Proportions importantes :

  • Rapport hauteur au garrot/ longueur du corps = 9 : 10 ( plus ramassé que long).
  • Rapport longueur du museau/ longueur du crâne = 4 : 5.

Tête :

Bien proportionnée par rapport au corps, légèrement en forme de coin.

  • Région crânienne :
    • Crâne : Assez plat; largeur la plus grande entre les oreilles ; va en s’amenuisant progressivement jusqu’à la racine du museau; protubérance occipitale très peu marquée; sillon frontal modérément marqué.
    • Stop : Dépression crânio-faciale (stop) peu accusée.
  • Région faciale :
    • Truffe : Noire chez les chiens à robe noire; marron (aussi foncé que possible) chez les chiens à robe havane.
    • Museau : De puissance moyenne, s’amenuisant progressivement; mandibule robuste. Chanfrein rectiligne.
    • Lèvres : Sèches et bien appliquées, de couleur noire ou marron aussi foncé que possible selon la couleur de la robe. Commissure invisible.
    • Mâchoires/dents : Denture forte, complète et régulière; articulé en ciseaux; Articulé en pince toléré; l’absence d’une PMl (prémolaire 1), une PMl surnuméraire (prémolaire 1) et l’absence des M3 (molaires 3) sont tolérées.
    • Joues : Très peu marquées.
    • Yeux : Assez petits, en forme d’amande, non proéminents, placés quelque peu obliquement par rapport au chanfrein; expression éveillée. Couleur : brun foncé à marron chez les chiens à robe noire, marron plus clair, mais aussi foncé que possible chez les chiens à robe havane. Les paupières épousent parfaitement la forme du globe oculaire; bord des paupières noir ou marron aussi foncé que possible selon la couleur de la robe.
    • Oreilles : Attache large et assez haute. Tombantes; au repos plates et portées bien accolées aux joues; de forme triangulaire, s’arrondissant légèrement à leur extrémité; quand le chien est en éveil, elles se relèvent au niveau de l’attache et se tournent vers l’avant, de sorte que, vu de face et de dessus, la tête forme avec les oreilles un triangle bien net.

Cou :

Plutôt court, vigoureux, sec.

Corps :

Robuste, compact.

  • Dos : De longueur moyenne, ferme et droit.
  • Région lombaire : Courte et bien musclée.
  • Croupe : Relativement courte, prolongeant à plat la ligne du dos.
  • Poitrine : Large, bien descendue, atteignant le niveau des coudes, avec le poitrail bien développé; sternum se prolongeant suffisamment loin vers l’arrière; cage thoracique de coupe transversale d’un ovale presque rond.
  • Ventre : Seulement légèrement relevé.

Queue :

Attachée haut, forte, de longueur moyenne, touffue, avec des poils un peu plus longs à sa face inférieure. Quand le chien est en action, elle est enroulée en anneau serré sur la croupe, portée de coté ou au milieu. En position debout, la queue pendante sous forme variable est tolérée.

Membres :

  • Membres antérieurs :
    • Vue d’ensemble : Ossature solide, sèche. Bien musclés, vus de face d’aplomb et parallèles, pas trop serrés.
    • Epaule : Omoplate longue et oblique.
    • Bras : De même longueur ou seulement un peu plus court que l’omoplate. Angle formé avec l’omoplate pas trop ouvert.
    • Coudes : Bien au corps.
    • Avant-bras : Droit, sec.
    • Métacarpe : Vu de face prolonge la ligne droite de l’avant-bras; vu de profil, il est légèrement fléchi.
    • Pieds antérieurs : Courts, doigts bien cambrés, serrés; coussinets solides.
  • Membres postérieurs :
    • Vue d’ensemble : Bien musclés; vus de derrière d’aplomb et parallèles, pas trop serrés. Les angles des articulations typiques de la
      race provoquent une position relativement droite de l’arrière-main.
    • Cuisse : Relativement longue, formant un angle relativement fermé avec l’os du bassin (Articulation coxo-fémorale).
    • Grasset (genou) : Angle pas trop ouvert.
    • Jambe : A peu près de même longueur ou seulement un peu plus courte que la cuisse. Sèche et bien musclée.
    • Jarret : Relativement haut.
    • Métatarses : Parallèles, déviés ni vers l’intérieur ni vers l’extérieur. Sauf dans les pays, où la loi interdit l’amputation des ergots, on doit procéder à leur ablation.
    • Pieds postérieurs : Courts, doigts bien cambrés, serrés; coussinets solides.

Lien :

Association Française Des Bouviers Suisses
Route De Villenave
40370 Rion-des-Landes

Laissez un commentaire

*