Logo Brivanimal

Equilibre chimique de l’eau

C’est un point très important dans la gestion d’un aquarium que l’équilibre chimique de l’eau. Des paramètres non-adaptés, des variations brutales sont la cause de stress et de mortalité chez les poissons. Il vous faut connaître les valeurs des milieux d’origines de vos poissons et surveiller l’évolution de votre eau fréquemment.


Tous les paramètres ne sont pas traités dans cet article. Nous essayerons d’approfondir le sujet au fur et à mesure. Pour le moment, seul les paramètres « de base » sont présents.

  • Le pH :

    L’idéal est d’avoir un pH se situant entre 6,5 et 7,5, entre ces deux valeurs, vous êtes sûr que vos poissons seront à l’aise. Cependant une eau de pH 6 ou 8 convient à la condition que les occupants de l’aquarium soient acclimatés en douceur. C’est pourquoi, il est conseillé d’ajouter une dose de conditionneur d’eau lors de l’introduction de nouveaux sujets ou de changement d’eau, même avec de l’eau osmosée. Ce produit aide à l’entretien des muqueuses du poisson et permet d’éviter des lésions au niveau des branchies.

    Dans le cas d’un pH trop acide :
    Vous pouvez ajouter un bulleur ou augmenter le brassage de l’eau pour chasser le CO2 qui a tendance à se transformer en acide carbonique.
    Vous trouverez des produits dans le commerce permettant l’augmentation du pH.

    Dans le cas pH trop basique :
    Couper le bulleur si vous en possédez un, ajouter un diffuseur de CO2 ou bien vous aider de produits prévus à cet effet.

    6,5 < pH < 7,5

  • Le KH (dureté carbonatée) :

    Cette dureté a un lien important avec le pH. Cette dernière dépend des liaisons entre le calcium et le CO2. Le KH permet d’éviter de trop grandes variations de pH en évitant la formation d’un trop grand nombre d’acide carbonique.
    La valeur tampon est 5. Un bon KH se situe entre 5 et 8.

    4 < KH < 9

  • Le GH (dureté totale) :

    GH est la concentration en sels minéraux dans l’aquarium. Une eau à faible degré GH n’est donc pas assez riche en sels minéraux, le poisson va devoir ingérer et rejeter plus rapidement l’eau pour subvenir à ses besoins, ce qui le fatigue et le rend plus faible aux attaques bactériennes et autre virus.
    A l’inverse, une eau trop dure peut créer des calculs rénaux, des problèmes de fertilité.

    8 < GH < 15Dans le cas d’un GH trop faible :
    On peut faire un changement d’eau à l’eau du robinet.
    L’eau du robinet peut aussi influencer le KH en l’augmentant, si on ne souhaite pas faire évoluer cette valeur on peut s’aider d’un produit tel que Mineral Salt de Sera pour ne faire évoluer que le GH.

    Dans le cas d’un GH trop élevé :
    On fera un changer d’eau avec de l’eau osmosée.

  • Le cycle azoté :

    • Ammonium et Ammoniaque :
      L’ammonium est le premier résidu qui résulte de ce que l’on appelle le cycle azoté. Les déchets (excréments, surplus de nourriture, déchets végétaux,…) se dégradent et forment de l’ammonium qui n’est pas toxique en lui même mais qui se transforme en ammoniaque qui lui est toxique. Ce composant chimique s’attaque aux branchies et effiloche les nageoires.
      Dans un premier temps, on peut réaliser un traitement de son eau avec du Toxivec de Sera. On va ensuite faire un apport de bactéries qui dégraderont l’ammoniaque en nitrite (Sera nitrivec, JBL Filter Start, JBL Denitrol, Dennerle FB7…).
    • Les Nitrites :

      Les nitrites ne sont pas moins dangereux que l’ammoniaque. ces derniers s’attaquent aux branchies et gênent ainsi la respiration des poissons. Une montée de nitrites est le signe d’un déséquilibre biologique dans l’aquarium et devient particulièrement toxique au delà de 0,5mg/L.
      On va remédier à ce problème en apportant des bactéries (Sera nitrivec, JBL Filter Start, JBL Denitrol, Dennerle FB7…). Ces bactéries auront pour rôle de dégrader les nitrites en nitrates.

    • les Nitrates :

      Les nitrates sont les derniers composants résultant du cycle azoté. Ils sont normalement absorbés par les plantes. En cas de surplus de nitrates, on peut constater le développement d’algues, un retard de croissance chez les poissons… L’idéal étant de maintenir un taux le plus bas possible (<25mg/L) . Pour cela, les plantes sont d'une grande aide, on peut aussi effectuer un apport de bactéries. Il existe également des produits dans le commerce agissant contre les nitrates tels que Tetra nitrate minus (ajout hebdomadaire jusqu'à ce que le taux soit acceptable) ou bien JBL Nitratex (masse filtrante : deux jours dans le filtre puis deux jours dans un bac d'eau salée (sel non iodé), rincer avant réintroduction dans le filtre, utilisable 6 à 8 fois).

    Les bactéries entrant en jeu dans ce cycle se trouvent majoritairement dans le filtre, elles ont besoin d’un milieu poreux pour y loger, d’où la nécessité de disposer d’une masse filtrante du genre Sera siporax ou de bioballes de chez Eheim.
    Il est à noter qu’une bonne oxygénation du bac favorise ces dégradations, qu’il est important d’aspirer fréquemment le fond de son aquarium afin de récupérer un maximum de déchets et ainsi de limiter ce phénomène.

Laissez un commentaire

*